Communiqué COLUPA

Communiqué COLUPA

Le communiqué de la Coalition luxembourgeoise pour la Paix (COLUPA) en .pdf : http://lapetitefoire.lemap.be/sites/lapetitefoire.lemap.be/IMG/pdf/colupa_communique_20190723.pdf

Les 27 et 28 juillet 2019
Grande foire de Libramont et Petite foire de Semel
CONTRASTES !

À la fois par la pub et l’intérêt que leur accordent les médias. Par la superficie du champ de foire. Par le choix des outils et des méthodes de culture et d’élevage. Par le nombre d’exposants et de visiteurs, etc. Seules les conditions climatiques du prochain weekend leur seront communes à ces deux foires agricoles, à la fois si voisines et si différentes...

Déjà dans le fait qu’il y ait la grande et la petite. Comme il y a la grande parade de la préoccupation écologique et la petite moisson d’efforts et de résultats. D’ailleurs Fanny Deliège, ambassadrice du projet Smart farming de Digital Wallonia (sic), interviewée ce lundi 22 juillet par le journal "L’Avenir" dans son édition nationale, conclut sans détours son entretien consacré à l’agriculture de pointe : "On a beau parler de l’environnement, le premier intérêt est économique". Voilà du moins bel élan de sincérité.

Même son de cloche tout au long des deux pages du journal qui annoncent que la foire de Libramont fera la part belle à l’agriculture connectée, qualifiée carrément d’agriculture de demain. En dernière page, l’éditorialiste de service ne craint pas, à son tour, de faire un éloge dithyrambique de la foire de Libramont et de plaider pour une "Agriculture 2.0", invoquant entre autres l’argument de l’empreinte écologique minimale. Alors que l’on sait aujourd’hui à quel point l’utilisation du numérique est particulièrement énergivore.

C’est avec ce genre de slogans en faveur d’une prétendue "modernisation de notre agriculture" que le nombre de nos fermes n’a cessé de diminuer au profit des grandes entreprises de l’agrobusiness. C’est bien pour pour tenter de stopper cette hémorragie que la "Petite foire" a été créée à Semel, près de Neufchâteau, dès l’année 2010. Et pour tenter de répondre à sa manière à la question lancinante : Comment nourrir l’humanité sans accroître, en même temps, la pression sur des ressources limitées et des écosystèmes fragiles ? Cette même question que s’est posée la FAO lors de son symposium international à Rome les 18 et 19 septembre 2014, avec pour réponse catégorique : par l’agroécologie. Dans le programme annoncé sur son site http://lapetitefoire.lemap.be/, la foire de Semel des 27 et 28 juillet rappelle à ce propos quels sont ses objectifs et ses exigences.

Ajoutons que ce mardi matin, dans son édition luxembourgeoise cette fois, L’Avenir consacre une page entière à l’Action "Stop UE-Mercosur". Le député wallon Jean-Philippe Florent et la députée fédérale Cécile Thibaut n’hésitent pas à se prononcer contre une agriculture industrielle et les accords de libre échange entre l’Europe et le Mercosur.

"Nous serons présents à la foire de Libramont ce vendredi - précise Cécile Thibaut - mais surtout à la Petite foire paysanne de Semel. Nous porterons des sacs en bandoulière, confectionnés avec du coton bio et équitable affichant le logo Stop Mercosur réalisé dans une entreprise wallonne".

Comme quoi il n’y a pas que la fabrication et le commerce des armes qui intéressent la Région wallonne.

Si, de son côté, la Coalition luxembourgeoise pour la Paix, fidèle à la position adoptée par ses associations-membres, a soutenu dès le début les initiatives de la Petite foire, c’est parce qu’il existe aussi un lien étroit entre l’agroindustrie et la guerre économique.

On sait à quels "progrès" aboutit aujourd’hui cette guerre à outrance de la compétition : accaparement des terres, dégradation des sols, contamination des cours d’eau, pollution atmosphérique, réchauffement climatique... Sans parler des conflits locaux et des opérations militaires (dans lesquelles nous sommes impliqués), volontiers déguisées en interventions humanitaires, et qui entrent dans le jeu de la concurrence effrénée que se livrent les pays industrialisés en quête de nouvelles ressources naturelles. C’est le prix à payer pour une politique de croissance sans limite, crédo intouchable, toujours professé par les gourous d’une économie dite moderne, feignant d’ignorer que la modernité a changé de cap depuis si longtemps déjà !

Face à un avenir de plus en plus menaçant, il nous semble qu’il serait grand temps de resserrer les rangs pour répondre aux nombreux défis de l’agriculture paysanne, de la justice sociale, de la justice climatique, de l’exode des migrants et des prédateurs de la guerre économique.

Coalition luxembourgeoise pour la Paix
Agir pour la Paix - Cellule Accueil Réfugiés - Centre d’Action Laïque Lux. - Centre d’Animation Globale du Luxembourg - Centre de Développement Rural - Cercle Tedesco - Centre des Immigrés Namur Lux. - CGSP Lux. - CNCD 11.11.11 Lux. - Communauté Les Frênes - Entraide et Fraternité - Le Gletton - Ferme du Hayon - FGTB Lux - Halle de Han - Maison luxembourgeoise de l’Écologie - MOC Lux. - Mojoca - Mouvement d’Action Paysanne (MAP) - Oxfam Magasins du Monde - Périple en la Demeure - Service Civil International (SCI).

www.colupa.org
https://www.facebook.com/Colupa2



Salut, nous (2 personnes) cherchons du co (...)
Je démarre de faux les tombes vers 9h
Bonjour, Y aurait-il un conducteur qui démarre (...)
BRUXELLES- SEMEL JE CHERCHE, la femme qui (...)
On démarre vers midi de Grez-Doiceau (Brabant (...)
Share