Et si ça se reproduisait ?

Et si ça se reproduisait ?

Retrouvez au bas de la page, toutes les ressources du kit en lien avec ce sous-thème.

3. Et si ça se reproduisait ?

La crise sanitaire à laquelle nous avons dû faire face se termine doucement… Mais qu’arriverait-il si cela se reproduisait ? Pour les paysan·ne·s et leurs allié·e·s, la crise a représenté un véritable défi logistique, organisationnel et financier. Quelles leçons allons-nous en tirer ? Comment pourrions-nous nous adapter en amont pour renforcer notre résilience face aux chocs à venir ? Pour les mangeur·euse·s, la crise a été l’occasion de (re)découvrir les plaisirs du circuit court et des produits paysans. Quelles perspectives cela a-t-il ouvert pour le futur ? Comment cultiver et fidéliser cette nouvelle clientèle ?

Le système d’approvisionnement alimentaire global a montré ses faiblesses. En effet, le choix de la spécialisation des cultures par pays s’est vu remettre en question par la crise. Le Belgique s’étant spécialisée dans la culture de pomme de terre, nous avons été témoin de l’abandon de tonnes de pommes de terre belges qui ont finalement pourri dans des containers lorsque les échanges commerciaux ont ralenti. De plus, un stress s’est fait ressentir sur l’approvisionnement d’autres types de denrées alimentaires car la Belgique dépend fortement des importations de l’étranger. On constate par exemple que le taux d’auto-approvisionnement de la Wallonie (c’est-à-dire le taux de production locale par rapport à la consommation) n’est que de 17 % pour les fruits et légumes frais ; 33 % pour les céréales panifiables ; 10 à 15 % pour les élevages ovins et caprins [1].

D’une part ce bilan global remet fortement en question la stratégie commerciale de spécialisation par pays et d’échanges internationaux, d’autre part, nous avons également pu tirer d’autres types d’enseignements plus locaux :

Du côté de la production et de la distribution paysannes d’abord, la crise a eu des impacts contrastés : augmentation de la demande qui a parfois triplé, suppression des marchés et des livraisons horeca, impacts sanitaires sur la production, mobilisation et soutien des mangeur·euse·s dans certains cas, création de nouveaux points de vente de proximité, livraisons, etc. Le secteur compte en effet une diversité importante de d’acteur·trice·s, dont la situation diffère selon les circuits de commercialisation, la situation financière et les investissements, la main d’oeuvre qu’ils·elles emploient, le soutien dont ils·elles jouissent de la part des mangeur·euse·s et bien d’autres facteurs encore. Le vécu de la crise n’est en aucun cas monolithique… Veillons donc à prendre en compte cette diversité pour s’adapter de manière solidaire !

Questions pour aller plus loin :

  • Quel a été l’impact de la crise sur notre/nos activités ?
  • Comment nous sommes-nous adapté ? Qu’avons-nous mis en place ?
  • L’expérience a-t-elle été positive/négative ? Pourquoi ?
  • A refaire, que ferions-nous autrement ?
  • Parmi les adaptations effectuées, quelles sont celles qui devraient être maintenues ?

Du côté des consommateur·trices ensuite, nous avons constaté un retour massif au circuit court et paysan. Quelles que soient les raisons qui ont poussé les consommateur·trice·s à se tourner vers ces produits, elles ont permis à un grand nombre de personne d’expérimenter une alimentation locale, saine et savoureuse. De leur point de vue, quels ont été les apprentissages, les prises de conscience, les nouveaux comportements qu’a provoqué la crise dans le domaine de l’alimentation ? Les facteurs ayant une influence sur les changement de comportement divers et variés. En avoir une compréhension large nous permettra d’agir ensuite à différents niveaux.

Questions pour aller plus loin :

  • Avons-nous changer nos habitudes alimentaire ? En quoi ? Allons-nous continuer ?
  • Pourquoi nous sommes-nous dirigés vers le circuit court ?
  • L’expérience a-t-elle été négative/positive ? Pourquoi ?
  • Que retiendrons-nous pour le futur ?
  • Qu’aurions-nous besoin pour nous permettre de continuer dans cette voie par la suite ?
  • Seriez-vous prêts à agir au quotidien, à vous organiser collectivement ou encore à faire une action symbolique lors de la Petite Foire : une photo aérienne, une banderole collective, une fresque de l’avenir ?

Pistes des possibles

Les citoyen·ne·s confinées se sont massivement tourné·e·s vers le circuit court. Chez certain·e·s producteur·trice·s, magasins ou coopératives de produits locaux, la demande a triplé durant la période de crise. Quelle que soit les raisons qui ont poussé les consommateur·trice·s à se tourner vers le circuit court, elles ont permis à un grand nombre de personne d’expérimenter une alimentation locale, saine et savoureuse. Beaucoup ont redécouvert le plaisir de rencontrer le·a producteur·trice de leurs aliments et de cuisiner les produits locaux. En parallèle, la crise a également démontré la dangereuse dépendance de notre société à la grande distribution et au système agro-industriel mondialisé qui ont pourtant montré leur limites [2].

L’intérêt des mangeur·euse·s pour les produits sains et locaux est clair, mais cet engouement perdurera-t-il après la crise ? Serait-il possible que cette crise soit un levier de changement plus profond ? Comment pourrait-on tirer profit de cette crise, par ailleurs terrible, pour fidéliser les personnes qui ont fait l’expérience de s’approvisionner en produits locaux ? Comment s’assurer que les comportements d’achat ne reviennent pas aux habitudes d’avant la crise ? Il faudra identifier ce qui a changé pour les consommateur·trice·s (prise de conscience ? souplesse de l’organisation quotidienne due au confinement ? occasion de sortir avec les enfants ? facilité de la livraison ?) pour mettre en place ce qui permettra de conserver ces nouveaux·elles mangeur·euse·s.

L’organisation de la Petite Foire 2020, contrainte de se multiplier et de se décentraliser par les mesures sanitaires, vous propose de permettre aux mangeur·euse·s de soutenir l’agriculture paysanne lors de votre évènement, mais aussi par la suite : agir au quotidien (comment s’organiser pour continuer à se fournir en produits frais, locaux et sain ?), s’organiser collectivement (pourquoi ne pas créer un service citoyen de livraison ? un GASAP ? rejoindre les BAP ?), adresser un message aux responsables politiques (pourquoi pas une petite mobilisation : une photo aérienne, une banderole collective, une fresque de l’avenir ?).

[1] “Le Covid-19 montre l’urgence de relocaliser dès maintenant les systèmes alimentaires.” Carte Blanche, LeSoir, 12/04/2020

[2] 1) Capacité productive : la production agricole dépend d’une main d’oeuvre esclavagiste étrangère qui, confinée, n’est pas en mesure d’assurer les récoltes. 2) Capacité distributive ensuite, car le marché agroalimentaire fonctionne à flux tendu. Un grain de sable peut faire dérailler la logistique et empêcher l’approvisionnement 3) Capacité/responsabilité sociale pour finir, car l’aide alimentaire dépend des surplus de l’agro-industrie, or quand le nombre de personnes soumises à cette aide explose et que les surplus se raréfient (ou ne concernent que certains secteurs, comme la patate), le risque de crise alimentaire devient tangible.


Kit : ressources en lien avec ce sous-thème

Rapports et analyses


Articles

Outils

Plateforme SPGLes 12 fiches du référentiel agroécologique SPG - Service Participatif de Garantie

GASAPBrochure pratique - Aide à la création d’un GASAP


Vidéos

Autre Terre ; Îles de Paix ; SOS Faim • Du Champ à l’Assiette (Del Campo al Plato) • 14 min 10

D’où vient la nourriture consommée quotidiennement ? Qui produit ces aliments ? Comment ont-ils été produits ? Et quels sont leurs impacts sur le Monde ? Del Campo al Plato est un reportage de 15 minutes qui aborde toutes ces questions liées à l’alimentation et à l’agriculture. Il a pour but de présenter des initiatives innovantes en matière d’alternatives agricoles et d’économie sociale et solidaire dans les pays du Sud. L’agroécologie y apparaît comme une solution pour lutter contre la faim et instaurer un système agricole juste et durable.
Visionner
Télécharger

SOS Faim • N’exportons pas nos problèmes • 2 min

2 minutes pour comprendre la crise du lait et son impact sur les éleveurs d’ici et d’ailleurs
Visionner
Télécharger

Quinoa • Agriculture et maraîchage biologique dans la ville • 13 min

La ferme de Neder Over Hembeek est un espace de production et de formation en maraîchage biologique qui s’est récemment installé dans notre capitale. Visite guidée avec les formateurs pédagogiques de cet espace agroécologique qui nous expliquent l’importance de recréer des espaces de production en ville pour lutter contre la crise écologique mais aussi pour donner des nouvelles débouchées à une jeunesse qui est de plus en plus désireuse de renouer un lien avec la terre.
Visionner
Télécharger

Quinoa • Semences paysannes, semences d’autonomie • 7 min

A l’occasion de la journée internationale des luttes paysannes, l’équipe de Kokopelli nous accueille au milieu d’une bourse d’échange de semences paysannes. Isabelle et Arienne nous offre un tour d’horizon des défis que posent les semences à l’heure de leur industrialisation et manipulation génétique. Les paysans et citoyens se mobilisent partout dans le monde pour sauvegarder les semences paysannes car elles sont une solution aux multiples crises environnementales actuelles.
Visionner
Télécharger

Quinoa • Grosses légumes : épicerie coopérative et circuits-courts • 10 min

Les Gaumais-es ne sont pas du genre à se reposer face aux dégâts causés par la grande distribution. En 2007, c’est dans la bonne humeur que citoyens et citoyennes se rassemblent pour sauver une épicerie de village. Le modèle de la coopérative leur apparaît immédiatement comme une solution idéale en terme pratique mais aussi de valeurs portées. Fort de ce premier engagement réussi, ils se lancent ensuite dans la mise en place d’un circuit-court de distribution alimentaire afin de soutenir les producteurs-trices locaux mais aussi en vue d’offrir des légumes sains et de qualité à un prix abordable pour les consommateurs
Visionner
Télécharger

Quinoa • L’agriculture paysanne contre le réchauffement climatique • 17 min

Paul Ibrahima Thiao, agriculteur sénégalais, spécialiste du changement climatique est de passage en Belgique pour rencontrer son partenaire belge SOS Faim. Il s’assied avec nous pour partager son regard sur les changements climatiques et ne mâche pas ses mots pour dénoncer la responsabilité des pays occidentaux et les logiques de profit qui contaminent les terres agricoles. Son regard est croisé avec celui d’un agriculteur belge, Jean Pierre De Leener qui s’est entre autre consacré au plaidoyer politique pour la justice climatique au sein de la coordination 11.11.11. Chacun d’eux plaide pour un virage politique pour préserver notre climat.
Visionner
Télécharger

Quinoa • Jardins collectifs : espaces de convivialité • 9 min

Les jardins collectifs de Bruxelles sont avant tout un espace de rencontre et de convivialité. Aline Dehasse est coordinatrice de plusieurs jardins bruxellois et témoigne de ses quelques années d’expérience. Elle nous emmène dans un jardin où se rassemblent des femmes d’origines culturelles variées pour illustrer son propos. Vinciane de l’ASBL Amazone, à l’origine du projet, nous explique que l’émancipation des femmes se joue, en partie, dans ce jardin.
Visionner
Télécharger

FUGEA • Le circuit court et la transformation à la ferme • 6 min 02

À travers ces courtes vidéos, d’environ cinq minutes, les agriculteur.trice.s partagent leurs innovations fruit de leur expérience quotidienne. Ils témoignent ainsi des aspects techniques, de leurs motivations, mais aussi des difficultés rencontrées et des moyens utilisés pour les surmonter. Chaque témoignage est enrichi par un expert de terrain abordant notamment les conditions de réussite à la mise en œuvre.
Visionner
Télécharger

FUGEA • Le pâturage continu sur gazon court • 5 min 28

À travers ces courtes vidéos, d’environ cinq minutes, les agriculteur.trice.s partagent leurs innovations fruit de leur expérience quotidienne. Ils témoignent ainsi des aspects techniques, de leurs motivations, mais aussi des difficultés rencontrées et des moyens utilisés pour les surmonter. Chaque témoignage est enrichi par un expert de terrain abordant notamment les conditions de réussite à la mise en œuvre.
Visionner
Télécharger

FUGEA • Les haies et l’agroforesterie • 6 min 19

À travers ces courtes vidéos, d’environ cinq minutes, les agriculteur.trice.s partagent leurs innovations fruit de leur expérience quotidienne. Ils témoignent ainsi des aspects techniques, de leurs motivations, mais aussi des difficultés rencontrées et des moyens utilisés pour les surmonter. Chaque témoignage est enrichi par un expert de terrain abordant notamment les conditions de réussite à la mise en œuvre.
Visionner
Télécharger

FUGEA • Les maillages écologiques • 5 min 51

À travers ces courtes vidéos, d’environ cinq minutes, les agriculteur.trice.s partagent leurs innovations fruit de leur expérience quotidienne. Ils témoignent ainsi des aspects techniques, de leurs motivations, mais aussi des difficultés rencontrées et des moyens utilisés pour les surmonter. Chaque témoignage est enrichi par un expert de terrain abordant notamment les conditions de réussite à la mise en œuvre.
Visionner
Télécharger

FUGEA • Les semences paysannes et la sélection participative • 5 min 49

À travers ces courtes vidéos, d’environ cinq minutes, les agriculteur.trice.s partagent leurs innovations fruit de leur expérience quotidienne. Ils témoignent ainsi des aspects techniques, de leurs motivations, mais aussi des difficultés rencontrées et des moyens utilisés pour les surmonter. Chaque témoignage est enrichi par un expert de terrain abordant notamment les conditions de réussite à la mise en œuvre.
Visionner
Télécharger

FUGEA • Les néo-paysans • 6 min 55

À travers ces courtes vidéos, d’environ cinq minutes, les agriculteur.trice.s partagent leurs innovations fruit de leur expérience quotidienne. Ils témoignent ainsi des aspects techniques, de leurs motivations, mais aussi des difficultés rencontrées et des moyens utilisés pour les surmonter. Chaque témoignage est enrichi par un expert de terrain abordant notamment les conditions de réussite à la mise en œuvre.
Visionner
Télécharger

Greenpeace Belgium • Elevage de demain #1 • 3 min 09

Nils a repris la ferme bio de ses parents en 2010. Il s’agit d’une ferme mixte avec pour activité principale la production de lait de vache. Il possède aussi quelques porcs, moutons et poules. Ses fiertés : vendre des produits sains aux consommateurs des environs et voir ses animaux en bonne santé.
Visionner
Télécharger

Greenpeace Belgium • Elevage de demain #2 • 3 min

René et Simone détiennent une exploitation porcine biologique. Avant lui, le père de René gérait l’exploitation de manière traditionnelle. Le pari du couple de passer au bio est une belle réussite. Regardez leur histoire à la fois émouvante et convaincante.
Visionner
Télécharger

Greenpeace Belgium • Elevage de demain #3 • 2 min 30

Pierre s’est intéressé au bio dès les années 1980. Il a participé à des réunions près de chez lui, a vu que c’était jouable. Il est fier aujourd’hui du travail accompli. Il est fier aussi de respecter la nature, les écosystèmes, les animaux. Ecoutez son histoire.
Visionner
Télécharger

Partager c’est sympa • Pénurie Alimentaire • 15 min 13

Ruptures des flux d’approvisionnement, surstock et arrêt des exportations de céréales, hausse des prix et manque de main d’oeuvre pour les récoltes : Je fais le tour des enjeux de l’agriculture et de l’alimentation dans le monde, avec un point sur la France en seconde partie de la vidéo.
Visionner
Télécharger


Audios

Conférence JAGROS - Gembloux • Quelles politiques européennes pour le système laitier belge ? (mars 2020) • 3 min 45

C’est un choix politique qui a amené la crise du lait.
Écouter
Télécharger

Conférence JAGROS - Gembloux • Croire en la politique pour que ça fonctionne (mars 2020) • 2 min 55

Croire que nous sommes capable de changer le système actuel.

Écouter

Télécharger

Sylvia Pérez • Conférence de Sylvia Pérez • 25 min

Redécoupage de l’émission diffusée sur Radio Air Libre
Télécharger


ENVIE DE PARTICIPER?


PAGE
FACEBOOK

{#TEXTE}

Bonjour, je cherche un co-voit pour 3 (...)
On démarre vers midi de Grez-Doiceau (Brabant (...)
Bonjour à tous, je démarre de Tournai samedi en (...)
Bonjour ! je cherche 2 places pour un trajet (...)
Bonjour,je quitte le plateau de herve demain (...)
Share